Pour que le souvenir reste

Que notre histoire demeure à jamais dans nos coeurs !!!

8
mar 2008
L’ALGERIE DE 1830 à 1962
Posté dans Oran, fille de pieds-noirs par oran3644 à 2:25 | 8 réponses »

J’ai longtemps réfléchi avant la parution de cet article et je demanderais à toutes les personnes qui me déposent un commentaire qu’elles le fassent objectivement. Certaines descriptions ou certaines phrases peuvent choquer, peuvent paraitre incompréhensibles, je suis à votre disposition pour y répondre. Je n’attaque personne, je veux seulement connaitre la vérité ET la faire connaitre à d’autres désireux de savoir. Trop d’actes restent cachés ; bien souvent la communauté pied-noir passe pour être responsable de cette guerre d’Algérie, c’est FAUX, totalement FAUX, les pieds-noirs ont subi, ils ont été trompés, ils ont cru en leur futur président qui n’a rien fait pour les sauver, bien au contraire.

Sachez que tous les commentaires déposés sont lus et si vous souhaitez une réponse, je le ferais, il vous suffira de revenir sur votre commentaire pour voir ma réponse.

L’ALGERIE DE 1830 à 1962

Ils sont partis contraints et forcés pour sauver leur vie, ils n’avaient pas le choix. Beaucoup trop de disparus, beaucoup trop de victimes, beaucoup trop d’êtres mutilés, beaucoup trop d’innocents restés là-bas, qu’ils soient femmes, enfants, hommes et personnes âgées ; ils n’avaient pas le droit de leur ôter la vie, de leur faire subir des atrocités que, nous, enfants de pieds-noirs, sommes loin d’imaginer.

L’histoire des pieds-noirs, elle aurait pu être belle, elle aurait pu faire partie des livres d’histoire de nos écoliers, au lieu de cela, elle est cachée, elle est tue, elle est à semi-dévoilée. Qui mieux que les pieds-noirs peuvent la raconter ? En tant que fille et petite fille de pieds-noirs, je vais essayer de vous la conter, avec la participation de ma famille, d’amis pieds-noirs et de toutes les sources glanées sur le web.

De 1830 à 1848, l’Algérie était une colonie française. Durant toute cette période, des combats ont eu lieu, avec plusieurs pertes d’hommes d’un côté comme de l’autre. L’Algérie devient alors partie intégrante du territoire français. Le gouvernement envoie des Français peupler l’Algérie. Ils doivent cultiver la terre, récolter des céréales, planter des légumes, des fruits, le sol peut être riche, le climat est bon pour l’agriculture. Les pays alentours, tel que l’Espagne, l’Italie, la Corse sont attirés par l’Algérie, ils viennent dans un premier temps pour explorer le pays, voir sa richesse, puis décide de faire venir leur famille sur ce sol nouveau. Les espagnols sont réputés pour être de bons travailleurs, autant les hommes que les femmes qui ne rechignent pas à la tâche ménagère. Je tiens à rajouter un détail extrêmement important : ce ne sont pas les pieds-noirs qui ont colonisé l’Algérie, c’est le gouvernement français de l’époque de 1830, les pieds-noirs sont seulement venus s’installer sur cette nouvelle terre, enfin autrefois, ils n’étaient pas encore pieds-noirs, ils étaient des étrangers, des Européens.

Certains Français ne supportant pas leur nouvelle vie, repartent en France, d’autres meurent de maladies comme le typhus, la malaria, le paludisme… ; il faut dire qu’à l’époque, il fallait tout bâtir, le travail était dur, il n’y avait pas ces machines ultra-modernes, non tout devait être fait à la main. Ces premiers habitants ont transformé le pays par la création de routes, d’écoles, de commerces tels que les pharmacies, les boulangeries…, les hôpitaux, l’arrivage de l’eau courante dans les maisons.Un petit bout de France se construit par-ci, par-là. Beaucoup d’hommes s’engagent dans l’armée française, signant sans cesse leur renouvellement et cela jusqu’à leur retraite. Entre temps, la guerre 14/18 s’impose plus que jamais, la France a besoin d’hommes, elle recrute dans tout le pays, que l’homme soit Français ou Algérien, il doit avant tout être Français et s’il ne l’est pas, il faudra obtenir la nationalité. Pour l’obtention de cette nationalité, une étude était menée sur le sujet demandeur : quelles étaient ses motivations, son sentiment vis à vis de la France, quelle existence il menait, ses relations, sa famille, son salaire, tout était extrêmement étudié. Enfin, la nationalité étant accordée à ces valeureux, les voilà partis faire le sale travail, comme on dit trop souvent.

Je vous cite l’exemple de mon grand oncle Joseph, pour lequel j’ai déjà écrit plusieurs articles. Né en Espagne en 1886, naturalisé Français en 1914, il part pour la Macédoine défendre la France, en disant à sa famille : pas de soucis, je reviendrais et cette guerre finira bien et bientôt. Il n’est jamais revenu, il est resté là-bas, sur une terre inconnue, comme tant d’autres, une fois de plus, l’exode est là ! Mon grand-père paternel a fait ses campagnes contre l’Allemagne du côté de Mulhouse, Vaux Chapitre, et le Bois des Loges. Mon grand-père maternel avait à peine deux ans quand la guerre a commencé. Enfin, tous ces hommes sont partis en chantant : c’est nous les Africains… certains avaient la peur au ventre mais pour défendre leur patrie, ils auraient donner leur vie et c’est ce qu’ils ont fait, les rescapés revenus sont meurtris, blessés, traumatisés ; qu’allait être leur vie après ça ? Malgré leurs blessures de guerre, il fallait travailler pour vivre, pour nourrir sa famille et travailler de leurs mains, à la sueur de leur front, faire un travail épuisant, harassant, tout cela pour gagner quelques francs par jour, une véritable misère ! Il faut se relever après cette grande guerre et donc construire le pays.

Arrive l’époque de nos parents, nés dans les années 1930/1940, la France occupe toujours l’Algérie, la guerre 14/18 est finie depuis longtemps mais la seconde guerre mondiale se profile à l’horizon entrainant de nouveaux départs pour le front. 16 % de la population algérienne part sauver la France, ce pourcentage étant bien plus important que celui de la métropole. De nouveau, les restrictions alimentaires, le couvre-feu, c’est à ce moment là qu’est parti mon grand-père maternel pour le Liban : quel est le rapport avec la France ? Je me le demande bien !

Nos parents grandissent et profitent de chaque instant, de chaque jour qui passe, ce sont leurs plus belles années. Ils découvrent la France par les livres à l’école, par les colonies de vacances qui se déroulent dans le Sud de la France, tout est fait, tout est dit pour embellir la France à leurs yeux. Et pourtant la bonne entente règne entre les deux communautés musulmanes et européennes, les coutumes sont différentes mais respectées de part et d’autre.

Les premières menaces contre le peuple pied-noir débutent en 1954. Il s’ensuit des assassinats d’hommes, de femmes, d’enfants, les attentats se multiplient : un pied-noir sort dans la rue, un algérien surgit, lui tranche la gorge et le laisse là, en train de se vider de son sang. Combien d’entre vous ont vécu ce genre de scène ? Des bébés, des nourrissons jetés avec une violence inouïe contre un mur afin de leur éclater le crâne, des enfants torturés, découpés, pendus à des crochets de boucherie afin qu’ils se vident de leur sang ! Pouvez-vous imaginer une telle scène ? Ce n’est pas un film, c’est la réalité telle qu’elle s’est déroulée sous leurs yeux, sous les yeux de mes parents, de leurs parents.

Et l’armée française dans tout ça, que fait-elle ? Le gouvernement ne sait plus ! Il tergiverse ! Il hésite ! Là aussi, que se passe-t-il ? Mai 1958, De Gaulle vient parler sur le territoire Algérien : son discours l’entraine tout en haut de l’échelle, pieds-noirs et musulmans réunis votent pour lui malgré les menaces du FLN contre le peuple musulman. Tous ont voté pour une Algérie Française mais une fois au pouvoir, De Gaulle retourne sa veste et trahit l’ensemble du peuple Algérien ; de ce fait, le FLN est libre de toute action sur le peuple pied-noir, l’armée française a pour ordre de ne plus défendre les européens et les musulmans favorables à l’Algérie Française et même plus de tirer sur les pieds-noirs, abattant ainsi des français ! C’était le 26 mars 1962, rue d’Isly à Alger !

Je parle là bien entendu des atrocités qu’ont subi les pieds-noirs mais ils ne sont pas restés là à attendre les bras croisés, eux aussi se sont battus pour défendre leur vie, eux aussi ont dû tuer pour survivre, pour protéger leur famille. Ils décident de se défendre et rejoignent l’OAS pour leur survie. L’armée française les ayant tout simplement abandonné à leur sort et ce d’autant plus que les barbouzes et les gardes mobiles étaient de connivence avec le FLN.

Quelques mois plus tard, un message est diffusé à la radio : ce message s’adresse à la communauté pied-noir qui doit choisir entre « la valise ou le cercueil. »

Là, pas le temps de se poser des questions, pas le temps de prévoir un déménagement, pas le temps d’aller à la banque pour retirer l’argent, chacun emporte avec lui ses souvenirs : photos de famille, photos des jours heureux, un livre, un cahier, un jouet, un cadre, une clé de maison, quelques vêtements, on ne sait pas quel temps il fait de l’autre côté de la Méditerranée. Direction la Sénia, embarquement par avion ou par bateau pour tous ceux qui y arriveront car là beaucoup de vies humaines vont disparaître de cette terre, envolées, on ne trouvera jamais leurs corps, que sont-ils devenus ? Puis, même à bord du bateau, nos parents n’étaient pas sauvés pour autant ! Des hommes armés montés à bord, choisissaient quelques personnes et voulaient les faire redescendre à terre ! Le commandant du bateau intervenait en leur faveur, les hommes armés redescendaient du navire et le commandant donnait l’ordre aussitôt de partir. Sans l’intervention de ces commandants de bateau, ces personnes ne seraient pas parmi nous aujourd’hui.

Les voilà tous à bord du bateau, regardant au lointain, la baie d’Oran disparaitre dans un nuage de fumée, à bord de l’avion, survolant la mer et la ville d’Oran où règne la cacophonie. Mais leur histoire ne s’arrête pas là ! Ils sont arrivés en France, accueillis comme des criminels, comme des moins que rien, leurs bagages encombrants stockés dans des containers avaient été largement trempés dans l’eau de mer, le peuple Français leur a tourné le dos, le gouvernement Français leur a tourné le dos ! Quel accueil chaleureux de la part du maire Gaston Deferre qui accueille des familles entières qui ont tout perdu par cette phrase ignoble : « que les pieds-noirs aillent se réadapter ailleurs ! »

Le Mur des Disparus en Algérie a été inauguré le 24 et 25 novembre 2007, sur ce Mur, sont notés 3192 noms de personnes. Ainsi pour tous ceux qui ont un être cher disparu pendant les évènements, ils ont enfin un lieu de recueillement et un hommage leur a été rendu.

Enfin, le gouvernement français n’est pas tout blanc dans toute cette histoire, c’est pourquoi la vérité sur la guerre d’Algérie reste encore trop longtemps cachée ; elle se dévoile peu à peu malheureusement lorsqu’un film documentaire concernant l’Algérie Française passe sur les ondes, celui-ci est diffusé à une heure tardive de la nuit ! Qui va regarder ? Qui va écouter ? Où est la bande annonce qui va attirer l’audimat !

Enfin et pour finir, un petit mot pour rendre hommage également aux 150 000 harkis qui se sont battus au côté des pieds-noirs et qui ont été livrés cruellement au FLN.

Alors l’histoire des pieds-noirs est peut être compliquée à comprendre tout simplement car aucun livre digne de ce nom, ne relate l’histoire telle qu’elle a été vécue par les pieds-noirs eux mêmes.


Fil RSS 2.0. Vous pouvez laisser une réponse.

8 réponses:

  1. Marlène écrit:

    Texte très émouvant et pour eux qui l’ont vécu très réel.
    Il fallait le dire et l’écrire et vous l’avez fait et pour finir une magnifique photo de la baie d’Oran. Merci
    Marlène

  2. umal écrit:

    Il y a eu la guerre en Algérie parce que le parti des colons,et non les français de France,n’ont pas voulu que les algériens aient les memes droits que les européens,alors que les nationalistes algériens,y compris les ultras,ne demandaient pas plus.Le parti des colons qui ne représentait pas les peied-noirs d’une façon générale,mais biens les gros proriéraires terriens et les industriels,parmi eux des musulmans (bachagha boualem,entre autres…)ont tjours voulu maintenir les algérieurs dans leur statut d’indigénat,jusqu’à l’indépendance.Une guerre n’est jamais propre,de quelque coté que ce soit,et il y a eu certes beaucoup de victimes innocentes des deux cotés.Il faut en parler,je suis d’accord, mais il ne faut pas privatiser les mémoires,et construire l’avenir.

    MA REPONSE

    Ce que je souhaite avant tout, c’est que l’histoire des pieds-noirs surtout de 1954 à 1962 soit bien comprise par l’ensemble des français de l’époque, quand je parle des français, je veux dire ceux qui vivaient ici en France. Ces derniers croient malheureusement que tout est de la faute des pieds-noirs et le gouvernement français ne fait rien, mais absolument rien du tout pour éclaircir ce point.

    Certes, il y a eut beaucoup d’atrocités des deux côtés, mais hier encore, j’ai découvert un site, franchement ça me fait mal au coeur de découvrir la haine qui a été engendré par le gouvernement, haine des algériens envers les pieds-noirs. Ma mère m’a raconté dernièrement :

    Le boucher de sa rue leur disait constamment : vous finirez accrocher à mes crochets de boucherie et vous vous viderez de votre sang !

  3. bonjour il est vraiment bien se blog bravo

  4. DIALLO écrit:

    bonsoir,
    j ai vu votre blog en consultant le site de genealogie.com, en effet, je suis en train de réaliser mon arbre généalogique et mon grand pere est né en Algerie en 1938 est ce que vous connaissez ce nom ATTENCIA ? si vous avez quelques renseignements concernant ce nom de famille ils seront bien sur les bienvenus !!!
    JE TENAIS A VOUS DIRE QUE VOTRE BLOG EST TRES INTERESSANT ET TRES INSTRUCTIF
    MERCI D AVANCE
    A BIENTOT
    VANESSA

  5. Bonjour,
    Je viens souvent sur votre site que j’apprécie beaucoup, et dont j’ai mis le lien sur mon site (Sommaire).
    J’ai trouvé un clip-vidéo sur le massacre du 26 Mars 1962
    dont je voudrai vous transmettre les codes (impossible de les coller dans ce message).
    Ecrivez-moi et je vous les enverrai.
    Cordialement et à bientôt.
    Christiane

  6. ANNABI écrit:

    Chere marlene .Les chifres sont tetus,lorsqu on parle des pieds noirs il faut aussi parler des algeriens.savez vous qu ils n avaient aucun droit ;
    1=avez vous le nombre de travailleurs remuneres annuellement et non saisoniers.
    2)Avez le nombre d etudiants ,lycens et ecoliers algeriens JUSQU AU ANNEES 60 :derisoire.
    3=Avez vous le nombre d algeriens occupant un logemen :insignifiannt.
    4=Regardez les films tournes par l armee francaise sur les conditions de vie des algeriens EN 1958 et vus sur FR3 en mai 2008.misereux ,affames ,vivant dans des gourbis meme autour des grandes villes sans eau ni electricite.
    5)avez vous le nombre d algeriennes et d algeriens assassines par l OAS jusqu en juillet 62:des milliers.il ya eu 46 morts en avril 62,15000 harkis assassines .A u total 53000 europeens tues au total contre un million du cote algerien de 54 a 62.1 pour 20 ceci ce sont t les chiffres du ministere francais.
    Ces injustices ont ammene le soulevement et briser les chaines de l esclavage et du sans partage de l a majorite des pieds noirs.Pourtant dieu seul sait qu il ya eu parmi eux des justes qui ont instruits,aides ,defendus et soignes des algeriens au detriment de leur vie.C est pour cela qu il ne faut pas faire d amalgame et ne pas travestir l histoire.RECONNAISONS NOS FAUTES ET PRESERVONS L AVENIR.

    je vous salue amicalement. et sans rancune.

    4=

  7. patrick écrit:

    Patrick HIERARD

    Quand je serai grand, je ferai Berbère
    Éditions du Masque d’Or
    COLLECTION PAROLES D’HOMMES

    Laissez vous entraîner par la saga de Maurice, l’orphelin de Lorraine, qui débarque au Maroc en 1926 pour y mater la révolte des tribus d’Abdel Krim, mais Maurice déteste cette guerre coloniale. Suivez-le quand il s’opposera à l’armée américaine de Patton qui débarque au Maroc pendant la Seconde Guerre mondiale.
    Il aime passionnément le Maroc, mais Maurice sera pris dans la tourmente de ce pays qui cherche son indépendance. Meurtres sauvages d’Européens, réponse tribale de l’armée française et c’est l’engrenage dramatique. Il échappera à des attentats, il ne vivra plus qu’avec son revolver et sa grenade dans la poche.
    Le calme revient, Maurice trouve sa voix au Sud marocain en aidant les fellahs à développer leur agriculture, il est aimé et respecté, Maurice c’est sur mourra au Maroc.
    1965, le retour mystérieux vers la France : il découvre l’affreux nom de « Rapatriés », il est un étranger dans son propre pays, il souffre et sa famille aussi. C’est alors la longue adaptation à son nouveau pays. Maurice a 60 ans…
    –––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
    BON DE COMMANDE
    À découper et à renvoyer à :
    SCRIBO DIFFUSION – Éditions du Masque d’Or
    18 rue des 43 Tirailleurs 58500 CLAMECY

    NOM et prénom : …………………………………………………….……………

    Adresse : …………………………………………………………………………

    Code postal : ………………Ville : ……………………………

    désire commander … exemplaire(s) de l’ouvrage
    « QUAND JE SERAI GRAND, JE FERAI BERBERE »
    au prix de 27 € franco de port

    Joindre chèque à l’ordre de SCRIBO DIFFUSION

  8. patrick écrit:

    merci de votre passage sur mon blog
    amities
    patrick

Laisser un commentaire

HISTOIRE GEO 3ème |
Musée du catharisme à Mazamet |
mano |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Site d'histoire et géographie
| L'Estafette,¸¸,ø¤º°º¤ø,¸¸,
| Martinisme-Les Serviteurs I...